30 mars 2013

La sage femme de Venise par Roberta Rich

_____________________________________________________________________________________

Mon avis :

La sage femme de Venise est un de ces livres qui me tentaient depuis l'annonce de sa sortie. Effectivement, c'est à la fois un roman historique mais c'est aussi un drame. Deux genres que j'affectionne particulièrement. Je me suis donc lancé tête baissée dans cette lecture et j'en ressors ravie malgré quelques défauts.

Venise 1575. Hannah Levi est réputée dans toute la ville pour ses talents d’accoucheuse – un don développé en secret par les « cuillers d’accouchement » qu’elle a mises au point. Par une nuit d’hiver, le comte Paolo di Padovani vient l’implorer d’assister sa femme, luttant depuis deux jours pour donner naissance à leur premier enfant et dont les forces s’épuisent. Hannah est partagée. La loi interdit aux Juifs de soigner les chrétiens et, si elle accepte, c’est toute sa communauté qu’elle met en danger. Mais la somme d’argent que lui propose le comte suffirait à payer la rançon de son époux bien-aimé, Isaac, retenu en otage sur l’île de Malte. Le choix d'Hannah va la précipiter dans de périlleuses aventures...

Tout d'abord, j'ai beaucoup apprécié Hannah. C'est une personne très affectueuse et son histoire ne peut qu'émouvoir. On apprend très vite à la connaître et je trouve cela agréable de ne pas passer par vingt-cinq mille chemins pour pouvoir découvrir celle avec qui nous allons passer toute notre lecture. Elle m'a beaucoup impressionné, c'est une battante. Elle a un mental d'acier et sait supporter de lourdes épreuves/conséquences. Sa sœur est un peu dans la même veine, malheureusement, elle n'est pas vraiment présente dans ce bouquin. Ça reste un personnage secondaire qui, je pense, aurait pu être très intéressant si l'auteure aurait approfondi celui-ci. En revanche, le personnage d'Isaac ne m'a pas touché malgré qu'il soit intimement lié à Hannah. Je l'ai trouvé beaucoup moins charismatique et intéressant. C'est ça qui fait que je ressors de cette lecture qu'à moitié ravi puisque ce roman comporte deux "histoires", celle d'Hannah que j'ai beaucoup aimé et que j'ai pris malin plaisir à suivre et parallèlement celle d'Isaac qui, cette fois-ci m'a beaucoup ennuyé.

L'histoire d'Hannah est très intéressante, on la voit évoluer dans son métier de sage -femme. Elle transgresse d'ailleurs les interdits de ce métier ce qui donne une touche assez spéciale à ce roman car elle permet une intrigue passionnante. Aucun temps morts ne nous sont accordés. Celle-ci est très bien ficelée et très bien menée ce qui apporte une forte addictivité et les pages se tournent à vive allure. Je n'ai trouvé aucun défauts sur cette facette de l'histoire. En revanche, l'histoire d'Isaac ne m'a point touché, nous pouvons constater qu'il mène une vie dure. Il est esclave ce qui devrait émouvoir, mais je ne sais pas, il m'a manqué quelque chose pour pouvoir apprécier pleinement celle-ci. Cela vient sûrement des descriptions, je trouve qu'elles sont manquante chez Isaac. Son mode de vie n'est pas assez décrit et nous n'avons pas l'occasion de découvrir entièrement son rang d'esclave, les souffrances qu'il peut éprouver. Ce qui engendre un manque de compassion chez le lecteur, du moins, c'est ce qui m'est arrivé. Malgré ça, j'ai passé un agréable moment avec La sage-femme de Venise ! L'auteure a une plume très agréable à lire et très intéressante, et je l'admire beaucoup car elle a très bien su exploiter le contexte historique utilisé. J'espère, un jour, pouvoir redécouvrir Roberta Rich dans un autre de ses écrits.

Je conseille à toutes et à tous cette lecture car elle est vraiment très intéressante et très enrichissante, tout est rassemblé pour faire de ce roman une lecture passionnante ! Je remercie fortement Gilles Paris qui m'a permis de découvrir cette très belle histoire.

1 commentaire:

  1. Je ne connaissais pas forcément pourtant là en lisant ta chronique je suis bien tentée ! :)

    RépondreSupprimer