28 sept. 2013

Dorian Gray, le portrait interdit par Oscar Wilde et Nicole AudreySpector


Editions MA, collection Pôle roman
14.90 €
Erotisme classique
224 pages

Dès sa parution, Le Portrait de Dorian Gray, accusé de prôner l'hédonisme et de saper les fondements de la morale, connut un énorme succès. En 1890, le Daily Chronicle écrivait que le roman d'Oscar Wilde risquait de « contaminer les jeunes esprits qui le liraient ». Eh bien, critiques victoriens, accrochez vos ceintures et préparez-vous à affronter Dorian Gray - Le Portrait interdit de Nicole Audrey Spector : encore plus torride, obscène, excitant, brûlant et moralement corrompu que l'histoire originale d'Oscar Wilde ! Redécouvrez ce célèbre roman qui retrace la déchéance morale d'un jeune et beau Londonien séduit par l'art et la beauté, ainsi que sa poursuite effrénée et cruelle du plaisir. Rencontrez l'artiste Rosemary Hall, suivez-la dans sa chute inexorable due à son désir charnel pour l'inoubliable Dorian Gray – un conte à la fois familier et nouveau grâce à l'introduction d'un érotisme savamment dosé dans l'un des romans les plus appréciés au monde. Mélange de débauche victorienne à l'ancienne et d'érotisme décomplexé du XXIe siècle, ce classique habilement imprégné de sexe vous donnera envie d'en lire d'autres !

________________________________________________________________________________________

Mon avis :

Je n'avais pas du tout envie de lire ce livre après avoir lu la chronique de Megworld qui m'a franchement effrayé. C'est donc avec nonchalance que je me suis lancé dans cette lecture. Et à ma grande surprise, j'ai beaucoup aimé. Pas au point d'en faire un coup de coeur mais c'est une très belle histoire. Après cette lecture, j'ai très envie de découvrir l'oeuvre originel d'Oscar Wilde, car oui, je ne l'ai pas encore lu. C'est pour ça que je vais chroniquer Dorian Gray, le portrait interdit, et non le portrait de Dorian Gray, je ne vais pas pouvoir rapprocher des événements ou bien même comparer les deux oeuvres. J'ai quand même appris que dans cet ouvrage le peintre est une femme et non un homme. Et que la personne qui va débaucher Dorian est aussi une femme.

"La riche senteurs des roses emplissait l'atelier, et lorsqu'une brise d'été agitait doucement les arbres du jardin, le lourd parfum du lilas et la fragrance plus délicate de l'églantier en fleur [...] ce souffle léger imprégné de parfum vint chatouiller la nuque de Rosemary Hall, caressant ses fins cheveux." Je ne sais pas vous, mais moi, rien que cette introduction me donne l'eau à la bouche. L'écriture est très belle et je me suis dit que si c'était comme ça toute ma lecture, j'allais adorer. Et effectivement cette si belle plume dure tout au long du roman, l'écriture est un gros point fort même si je pense qu'en grande partie, ce n'est pas de Spector mais de Wilde.

Dès les premières pages, on découvre Rosemary, elle est peintre et elle va être très importante dans l'histoire. C'est une jeune femme très attachante, elle a un caractère très doux et c'est avec plaisir qu'on la suit. C'est mon personnage favori. Elle m'a touché. On découvre ensuite un personnage un peu beaucoup moins attachant. Il s'agit d'Helen qui est l'amie de Rosemary. Du moins elle est censée l'être, plusieurs fois je me suis demandé si elle tenait vraiment à celle-ci, notamment lorsqu'elle jette son grappin sur Dorian alors qu'elle sait que Rosemary est tombée sous son charme. C'est pour ça que j'ai eu du mal avec ce personnage, mais par la suite on comprend pourquoi elle fait ça donc à la limite je l'aime bien mais d'autres traits de son caractère sont détestables, ce qui fait que j'ai un avis très mitigé sur cette Helen. On a aussi l'occasion de découvrir Dorian Gray, bien évidemment puisque c'est vraiment le personnage central de l'histoire. Il est très intrigant et très intéressant, j'ai beaucoup aimé son côté mystérieux et son côté "noir".

L'histoire est très belle. Une jeune peintre qui est sous le charme de son modèle, le côté fantastique qu'on voit peu à peu s'installer, les relations qui unissent nos personnages. Cette débauche morale omniprésente. J'ai vraiment accroché. Par contre, à la base ce livre est dit érotique. Je n'en avais jamais lu et j'avoue que je ne comptais pas en lire de sitôt, pas du tout même, ça ne m'intéresse pas. Je n'avais d'ailleurs pas vu la mention érotique sur ce livre et heureusement car sinon, je ne l'aurais pas lu. C'est vrai qu'il y a énormément de sexe, c'est très violent, très trash, vulgaire à souhait mais à ma grande surprise, cela ne m'a pas particulièrement choqué. Je suis passé outre pour apprécier pleinement l'histoire. Je n'ai pas été choqué mais je confirme le fait que je ne relirai probablement jamais de livres érotiques, ce n'est pas ma came. LA grosse révélation du bouquin ne m'a pas surpris, mais alors pas du tout. Je m'y attendais car j'avais deviné très rapidement en quoi elle consistait. Le style d'Oscar Wilde/Nicole Audrey Spector? est à souligner, j'aime beaucoup et c'est ce qu'il y a de mieux dans le roman.

En gros vous l'avez peut-être compris, c'est un avis en demi-teinte mais qui penche plus vers le positif. Je conseille cette lecture mais il faut bien savoir que par érotique, on sous-entend trash. Ce n'est donc pas pour tout le monde. [Petite précision qui ne sert à rien : le livre est édité chez MA, édition que j'aime beaucoup. Cependant, Dorian Gray le portrait interdit est beaucoup plus petit que les autres romans de l'édition et je trouve ça bien dommage..]

 
" Je l'aime et je veux qu'elle m'aime encore. Elle élève mon âme. Mon dieu, Helen, comme je l'adore ! Elle est un génie et pourtant elle n'a aucune notion prétentieuse de ses pouvoirs. Elle est pure, généreuse et aimante. Elle pourrait me donner tout. "

1 commentaire:

  1. :) je ne sais pas si je vais le lire, sortant du portrait de Dorain gray que j'ai aimé, peur d'etre décue.

    RépondreSupprimer