15 sept. 2013

La vengeance de Baudelaire par Bob Van Laerhoven


Editions MA, collection Pôle noir
17.90 €
Historique Thriller
291 pages

Paris, septembre 1870, la guerre fait rage. Les premiers obus tombent sur la ville assiégée. Les ouvriers meurent de faim tandis que l’aristocratie se réfugie dans l’orgie et le spiritisme. C’est dans cette atmosphère chaotique que Paul Lefèvre, énigmatique commissaire assidu des maisons closes parisiennes, et son ami, l’inspecteur Bernard Bouveroux, homme curieux et cultivé, auront à résoudre une série de crimes hors du commun. Toutes les victimes portent un message, sous forme de vers extraits du très controversé recueil Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire, mort trois ans auparavant. À mesure que l’enquête progresse sur un chemin encombré de subterfuges et de mensonges, les masques se craquèlent puis tombent, jusqu’à révéler un obscur secret au sein même de la famille Baudelaire.

________________________________________________________________________________________

Mon avis :

Lorsque j'ai vu que ce livre allait sortir chez MA, je m'y suis tout de suite intéressé car le thème et l'époque me plaisaient beaucoup ! J'avais une forte envie de retourner au temps de Baudelaire, malheureusement, je n'ai pas été séduit, ou du moins pas autant que je l'aurais espéré..

Je n'ai pas su cerner les personnages, on ne sait pas trop qui et qui, quels sont les rôles de chacun. Malgré tout, j'ai aimé suivre Paul Lefèvre, le commissaire chargé de l'enquête. C'est un peu un anticoformiste. On le retrouve souvent avec une fille de joie qui s'avère être très importante dans l'histoire. Le caractère de Lefèvre est attrayant, il sort des sentiers battus. On va en apprendre beaucoup sur lui et ce sont des informations très intéressantes. J'ai aussi beaucoup aimé son collègue, Bernard Bouveroux bien qu'à côté de celui-ci, il ne fasse pas le poids. Bouveroux est très attachant, le suivre est agréable.

LE point positif de ce livre c'est sans conteste le début in medias res, j'adore ce genre d'introduction. On est balancé sur la scène de crime sans blabla inutile, on est littéralement pris dans l'histoire. On découvre le premier meurtre, et ça ne sera pas le dernier bien au contraire, il y a la dose. J'ai beaucoup aimé le fait de retrouver sur chaque cadavres un extrait des Fleurs du mal, c'est original et lire quelques morceaux de la poésie de Baudelaire m'a plu. L'intrigue est bien mené, le contexte histoire est là mais il m'a manqué un petit quelque chose, peut-être l'angoisse ? Lors de ma lecture, je n'ai pas frissonné une seule fois et quand je lis des thrillers, c'est très rare que ça ne se produise pas. Le fin mot de l'histoire est extraordinaire, je m'attendais à tout sauf à ça. Malheureusement cela a été bâclé. Au vu de cette fin surprenante, j'aurais bien voulu plus d'informations. L'auteur aurait dû l'approfondir au lieu d'épiloguer sur certains passages beaucoup moins importants. J'ai d'ailleurs trouvé le style de l'auteur assez redondant et lourd, je ne me voyais pas lire 100 pages de plus.

En conclusion, puisqu'il y a plus de points négatifs que de positifs, c'est une déception. Je suis chagriné d'avoir de nouveau une déception chez MA, qui est une édition que j'apprécie [pour la saga Francesca, Chambre Froide et le Cri de l'ange notamment] beaucoup. Je ne sais pas si je dois vous conseiller ce livre car les goûts et les couleurs ne se commandent pas, il est possible que vous lisiez et appréciez ce livre. Alors c'est votre choix, si vous êtes un fana du XIXe siècle et de Baudelaire, je pense que La Vengeance de Baudelaire peut vous satisfaire.

Je remercie Gilles Paris pour cet envoi, celui-ci m'a permis cette découverte, qu'elle soit bonne ou mauvaise.


" La photographie est un enfant de ce siècle. Elle rend visible l'invisible. Il y a d'abord eu la lanterne magique ; à présent, ce sont des sels et des produits chimiques bien précis qui, plongés dans des bains révélateurs et guidés par la main d'un spirite expérimenté tel que moi, évoquent des démons et des morts. "

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire